Histoire de PIED

Publié le par Alex Sylve

Ah ah je vous ai reconnu ! En bon français, un p’tit brin de lubricité a traversé votre cerveau … de quel pied peut-il donc s’agir ? Je vous arrête de suite. La mère Ubu va parler tout simplement de l’extrémité de notre membre inferieur et de son atour : la chaussure (encore qu’entre pied et chaussure à talon aiguille, on soit au centre du fétichisme).

Voilà une histoire du genre de celles qui donnent l’impression à la mère Ubu que ça n’arrive qu’à elle. Et pourtant je vous jure, la mère Ubu est très une grande anticipatrice, mais bien sûr, comme tout le monde elle n’anticipe que sur ce qui constitue ses références de vie et de conduite.

Donc, la mère Ubu a découvert un nouveau magasin, sympa, un magasin de chaussures artisanal. Le privilège d’avoir un chausseur-artisan est qu’il vous fabrique une paire de sandales sur mesure. Gros avantage quand on a un pied plus fort que l’autre, il ajuste vos pompes, resserre vos brides si nécessaire et même retaille vos semelles.

Comme la mère Ubu a le pied fin (eh oui, n’allez pas vous imaginer la mère Ubu forcement fille de Pantagruel ou Gargantua, elle serait plutôt cousine de Cendrillon), elle a décidé de s’offrir des sandales pour l’été.

Après étude de ses pieds par le chausseur, paiement anticipé et deux jours d’attente, votre servante va récupérer ses sandales à talon compensé.

Il y a un peu de monde dans le magasin, des femmes surtout, même si c’est une boutique mixte. La mère Ubu se dirige vers le comptoir où l’artisan lui remet son œuvre. A côté se trouve une femme entre deux âges (comme on dit quand on ne veut pas dire qu’elle commence à faire vieille) qui furète, touche les chaussures en exposition, les examine … et s’extasie devant les fameuses sandales. Elle demande à la mère Ubu si ce sont SES chaussures. Et oui, bien sûr que ce sont SES sandales qu’elle a expressément commandées et payées, dont les brides ont été serrées avec soin pour bien maintenir son petit pied charmant. La dame la suit et lui dit de les mettre. Evidemment, il faut vérifier illico si les sandales sont adéquates, s’il n’y a pas d’ajustement à faire et la mère Ubu se dirige vers une chaise pour essayer ses chaussures tout juste fabriquées. De plus, la dame se rendra compte de leur effet aux pieds.

A peine le temps de poser les fameuses sandales à terre, de s’asseoir pour retirer ses chaussures, la mère Ubu (du coin de son œil toujours vigilant, car même si le cerveau est lent, les sens sont aiguisés chez elle) voit avec horreur un gros et large pied de vilaine sœur de Cendrillon s’avancer sans retenue vers une de SES sandales à terre et commencer à s’y introduire sans précaution.

Là, -bien que la mère Ubu soit bien élevée et tourne toujours au moins 7 fois sa langue dans sa bouche avant d’émettre la moindre remarque envers autrui et d’ailleurs en général il s’écoule tellement de temps que la conversation a déjà évolué et qu’elle finit par laisser tomber son jugement qui lui arrive directement sur l’estomac où il s’installe commodément-, le cri est spontané instinctif, et le pied surpris stoppe immédiatement son parcours.

Nom mais des fois ! On est vraiment entouré de malades ! ça vous serait venu à l’idée de vouloir mettre la paire de pompes neuves sur mesure qui appartient à une nana que vous ne connaissez même pas ? Peut-être que la mère Ubu (avec sa compréhension parfois incertaine de l’italien) a mal saisi ce qu’avait dit la dame, peut-être lui a-t-elle demandé si ELLE pouvait les essayer … mais comment seulement imaginer une demande aussi tordue et sans gêne, surtout après avoir demandé si les sandales étaient les siennes??

Et encore une fois la mère Ubu s’est retrouvé avec son leitmotiv préféré qui lui coure dans la tête:

Qui donc de moi ou des autres déconne dans ce monde?

Qui sait, peut-être déconnons-nous tous ensemble ?

Et dans la même série, je vous raconterai sans doute la prochaine fois l’histoire de la terrasse parisienne!

Commenter cet article

vincenzo 25/08/2015 12:59

La vielle elle voulait vos pieds, pas vos chaussures madame...

sandrine 24/08/2015 12:19

Quel culot ,bon et au final, elles te vont comme un gant ces chaussures ?